Publié le Laisser un commentaire

La marche en labyrinthe : Une activité ancienne qui pourrait aider à soulager l’anxiété

traduction d’un article anglais de Norman Miller paru sur BBC

La marche dans les labyrinthes est devenue une méthode de plus en plus populaire dans le monde entier pour réduire le stress en intégrant l’esprit et le corps.

Je marche lentement dans un parc en pente douce, dans un endroit dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce que je commence à faire des recherches pour cet article. Je suis passé des centaines de fois devant ce parc situé à un kilomètre de chez moi, dans la ville côtière anglaise de Brighton & Hove, sans me rendre compte qu’il contenait un labyrinthe. Créé par l’artiste Chris Drury en 2006, il s’inspire du motif complexe d’une empreinte digitale géante de 40 mètres de large, marquée par des pierres posées à plat dans l’herbe. En me concentrant sur le chemin intérieur, j’oublie les joggeurs et les promeneurs de chiens qui m’entourent et je tombe dans un état plus contemplatif tandis que je parcours les 600 mètres et plus qui mènent au centre du labyrinthe.

Les labyrinthes sont utilisés dans le monde entier depuis des siècles pour apaiser l’esprit, soulager l’anxiété, retrouver l’équilibre de la vie, améliorer la créativité et stimuler l’intuition. Au Moyen Âge, près de 25 % des cathédrales en étaient équipées. Aujourd’hui, la marche dans les labyrinthes est devenue une méthode de plus en plus populaire dans le monde entier pour lutter contre le stress en intégrant l’esprit et le corps.

Ne confondez pas les labyrinthes avec les dédales. Les labyrinthes déconcertent les gens avec des impasses et la menace de se perdre. En revanche, les labyrinthes s’inspirent de modèles classiques qui, quelle que soit la complexité du parcours, garantissent une progression sans obstacle vers et depuis leur centre.

“Le labyrinthe est un chemin sûr dans des temps imprévisibles”, explique le révérend Dr Lauren Artress, qui a fondé l’organisation à but non lucratif Veriditas en 1996 pour aider à “pimenter la planète de labyrinthes”.

Des exemples d’images classiques de labyrinthes remontent à 4 000 ans. En Europe et en Afrique du Nord, les dessins de labyrinthes apparaissent dans des gravures et des peintures rupestres, ainsi que dans des inscriptions sur des tuiles et des pièces de monnaie. En Asie, en Amérique et en Afrique du Sud, ils étaient gravés sur des rochers ou dans le sable et ornaient des paniers tressés. Outre ces racines historiques profondes, la pratique de la marche en labyrinthe peut avoir un autre attrait pour les personnes modernes occupées. Beaucoup de gens, comme moi, ont “échoué” dans la méditation assise”, explique Artress. “La méditation marchée exige la même conscience intérieure.

En fait, la marche en labyrinthe a connu un regain d’intérêt ces dernières années. Depuis 2009, le premier samedi du mois de mai, des personnes de toute la planète célèbrent la Journée mondiale du labyrinthe en empruntant des chemins plus ou moins longs à travers un vaste éventail de labyrinthes qui ont fleuri dans le monde entier au cours des dernières décennies.

Le localisateur mondial de labyrinthes de la Labyrinth Society répertorie aujourd’hui quelque 6 400 labyrinthes dans plus de 90 pays.

Les labyrinthes sont créés dans des environnements très différents de celui de mon parc local. “Dans les hôpitaux et les prisons, la marche sur le labyrinthe, en tant que pratique intégrative du corps et de l’esprit, peut s’avérer vitale et curative, en plus des formes traditionnelles de traitement médical ou de conseil”, explique Jocelyn Shealy McGee, professeur adjoint à l’école de travail social Diana R Garland de l’université Baylor, au Texas. “Nos recherches ont montré que la marche dans le labyrinthe peut favoriser un sentiment de paix et d’autres émotions positives, réduire le stress, cultiver l’auto-compassion et la connexion, et fournir une occasion de réfléchir sur sa vie et de lui donner un sens. Cela est dû à la combinaison d’une progression sûre vers le cœur du labyrinthe et de la nécessité de progresser lentement et de manière réfléchie en suivant les tours et les détours prévus dans le schéma.

On trouve une myriade de formes de labyrinthes historiques dans le monde entier. Des versions nordiques en pierre bordent les rives de la mer Baltique, tandis que des motifs de labyrinthes connus sous le nom de Chakra Vyuha (“Formation de la roue tournante”) sont inscrits sur les murs des temples indiens. L’art tribal amérindien comprend le motif emblématique de Tohono O’odham (“L’homme dans le labyrinthe”).

De nombreux labyrinthes s’inspirent toutefois de deux modèles classiques. Datant de plus de 3 000 ans, les labyrinthes crétois portent le nom de l’île méditerranéenne où ces formations auraient vu le jour dans la mythologie grecque. Ils sont constitués d’un seul chemin qui fait des boucles dans les deux sens pour former sept circuits (chemins concentriques) autour du centre.

Le labyrinthe de Chartres, quant à lui, comporte 11 circuits et tire son nom de la magnifique cathédrale française dont le sol abrite son exemple le plus célèbre. Les labyrinthes basés sur le modèle de Chartres sont devenus populaires dans l’Europe médiévale, en partie comme une forme de mini-pèlerinage qui était beaucoup plus facile – et plus sûr – que de se rendre à Jérusalem ou de marcher jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Un nouvel arrivant géant


Mon propre pèlerinage labyrinthique me conduit au bord d’un lac, dans la beauté sauvage de Bodmin Moor, dans le comté de Cornouailles, le plus à l’ouest de l’Angleterre. C’est là que le labyrinthe Kerdroya, nommé d’après un mot cornique se traduisant approximativement par “château des tournants”, est presque achevé après plusieurs années de travail. Basé sur un motif crétois de 56 mètres de diamètre, il est construit à l’aide d’une forme de mur en pierres sèches connue sous le nom de “Cornish Hedging” (haie de Cornouailles). Utilisée depuis environ 4 000 ans, la haie de Cornouailles est l’une des plus anciennes structures construites par l’homme en Grande-Bretagne.

“J’ai lancé l’idée il y a 20 ans, mais je n’ai pas obtenu d’écho ou de financement – elle est donc restée dans un tiroir poussiéreux”, révèle Will Coleman, directeur artistique de l’organisation culturelle de Cornouailles Golden Tree, qui est à l’origine de la conception et de la construction de cet imposant labyrinthe. “En 2018, la Cornish Area of Outstanding Natural Beauty a lancé un appel à projets pour célébrer le paysage de Cornouailles. Lorsque cette étonnante œuvre de “land art” ouvrira ses portes au public en septembre, elle revendiquera le titre de plus grand labyrinthe à murs de pierre au monde. Sa construction permet également de former 60 jeunes cornouaillais à la préservation d’un métier ancestral.

La construction de Kerdroya dans son emplacement spectaculaire sur l’une des landes les plus sauvages d’Angleterre comprend l’approvisionnement en pierres de base pour ses murs à partir du lac adjacent, où des haies de Cornouailles submergées vieilles de plusieurs siècles ont été révélées sous sa surface au cours d’un récent été chaud. “Nous n’avions pas le droit d’utiliser des machines industrielles sur le site et nous avons donc eu recours à des chevaux, des traîneaux et des chaînes humaines pour déplacer les pierres”, explique M. Coleman.

En me conduisant vers ce qui sera le cœur de Kerdroya lorsque toutes les haies de pierres seront en place, M. Coleman se tient au-dessus d’une plaque métallique représentant une vue aérienne du labyrinthe géant afin de permettre aux visiteurs de voir le chemin qu’ils ont suivi. Le labyrinthe comprendra également un parcours audio pour les malvoyants. “Mais l’interprétation sera très légère. Je ne dis pas aux gens ce qu’ils doivent penser, ils peuvent en faire ce qu’ils veulent. À l’avenir, les gens se contenteront d’apprécier la beauté de la forme et l’aspect emblématique du labyrinthe”, explique M. Coleman.

Il révèle également que le motif crétois du labyrinthe s’inspire d’un labyrinthe sculpté sur des rochers au bord de la rivière, dans l’époustouflante Rocky Valley, près du hameau historique de Tintagel, en Cornouailles. Les gravures de la Rock Valley auraient environ 300 ans, mais Coleman explique que les dessins du labyrinthe reflètent un modèle vieux de 1 300 ans trouvé sur la roche de Knidos, dans le sud-ouest de la Turquie. Bien que je sois immobile, avec une vue étendue sur un lac et une vaste lande anglaise, mon esprit voyage à la fois dans le temps et dans l’espace.

Trouver le dharma digital


Les labyrinthes historiques inspirent également une tendance contemporaine, celle des “labyrinthes à doigts”. Ces versions modernes d’anciennes gravures rupestres offrent des chemins de réflexion en créant des motifs imprimés ou gaufrés que les utilisateurs peuvent tracer à la main, laissant leurs doigts voyager au cœur du motif.

L’exemple le plus ambitieux – et le plus inattendu – de labyrinthes de doigts se trouve sur les plaques de 272 stations du vaste réseau de métro londonien. Les deux modèles les plus récents ont été dévoilés en 2023 aux arrêts Nine Elms et Battersea Power Station. Ayant découvert leur existence juste avant mon voyage en Cornouailles, j’ai eu le plaisir d’en apercevoir un par hasard à la station de métro Paddington, alors que je me dirigeais vers le train-couchettes Night Riviera, qui permet de se rendre en Cornouailles sans stress depuis le cœur de la capitale.

Le projet du métro londonien est né de l’idée de l’artiste Mark Wallinger, lauréat du prix Turner, qui a travaillé en collaboration avec Mazescape, concepteur de labyrinthes de renommée mondiale. L’un des défis consistait à concevoir des labyrinthes différents pour chaque station, afin de refléter l’idée que chaque voyage dans le métro est unique pour chaque personne.
Pour concevoir 272 labyrinthes différents, Mazescape s’est inspiré d’une panoplie de modèles historiques. “Mon préféré est le motif traditionnel amérindien Tohono O’odham”, révèle Angus Mewse, concepteur de Mazescape. “J’aime la façon dont le sentier se rétrécit au fur et à mesure qu’il avance – il donne une impression de drame et d’intensité croissants à mesure que l’on s’approche du centre.

Les labyrinthes du métro londonien constituent désormais la base d’un nouveau pèlerinage urbain. Les médias sociaux nous informent régulièrement de la présence de “chasseurs de labyrinthes” qui se rendent à chaque station pour prendre une photo”, révèle Eleanor Pinfield, responsable de l’art dans le métro.

La création de nouveaux labyrinthes dans des lieux aussi divers que le métro londonien ou la lande sauvage témoigne de leur omniprésence profondément ancrée. Alors, promenez-vous. Et ne vous inquiétez pas, vous ne vous perdrez pas.