Publié par Laisser un commentaire

Le Labyrinthe, Un chemin initiatique de Marie Hover, édition MdV

Je viens de finir cet ouvrage, très intéressant.

Dans le chapitre 1, l’auteure décortique le symbole, tissage, spirale, nombres, … Et elle le met en relation avec des symboles de la Franc-Maçonnerie comme le Pavé Mosaïque, et des symboles du Compagnonnage comme les Nombres et l’architecture. Avec des bons dictionnaires des symboles, on comprend quelque chose sans être franc-maçon ou compagnon du devoir soi-même. Dans ce chapitre, pour elle, le labyrinthe de Chartres permet de découvrir la symbolique du nombre 6. Je n’en suis pas convaincu. Pour moi, le labyrinthe de Chartres est bâti autour du 3 et du 4 : 3 opérations ou tour complet et 4 régions ou quadrants. Elle parle de “jeu des nombres” et des “jeux spirituels” dont le labyrinthe était incontestablement le support au moyen-âge et fait ainsi un lien littéraire intéressant avec l’ouvrage de Hermann Hesse “Le Jeu des Perles de Verre”. Du jeu, elle va vers la danse et par effet miroir, aux déplacements dans une loge maçonnique.

Dans le chapitre 2, l’auteure s’attarde sur le labyrinthe, symbole du Grand Œuvre en alchimie. Le mouvement aller serait un suite d’opérations de préparation de la matière, au Centre aurait lieu les transmutation et le mouvement retour est consacré à l’unification. Sa vision recoupe ce que j’ai pu trouver moi-même et que j’ai retranscris sous forme de méditations initiatiques :

L’intérêt de ce chapitre ne s’arrête pas là. Elle reprend les apports de Fulcanelli à propos du labyrinthe. Selon lui, le labyrinthe renferme 3 voies : 1 impasse pour les pressés, les présomptueux ; 1 voie “rapide” qui mène directement au Centre, réservée à ceux qui en ont la maîtrise ; et 1 voie labyrinthique, faite de circonvolutions, rupture de rythme et de progression, parcours initiatique qui mène au Centre. Cette voie rapide, je l’avais aussi trouvée ou aperçue en comprenant l’importance du point de jonction entre les 2 serpentins constitutifs de la forme. Ce point de jonction est la porte verrouillée et gardée de cette voie directe. Selon moi, la Voie des Labyrinthes, c’est à dire les pratiquer et les maîtriser un à un, dans un ordre initiatique : le labyrinthe à 3 circonvolutions, puis celui à 5, puis celui à 7 et enfin celui à 11, cette Voie des Labyrinthes donc nous initie petit à petit et nous rend capable, de labyrinthe en labyrinthe, de parcourir, par parties, cette voie directe réservée aux Sages.

Dans le chapitre 3, l’auteure rappelle que le labyrinthe dans les cathédrales au Moyen-Âge étaient aussi utilisés comme succédané du pèlerinage à Jérusalem. Il représente toutes les épreuves transformatrices d’un pèlerinage et à l’arrivée, que trouve t on ? Un tombeau vide… Celui qu’on cherche ne s’y trouve pas, il s’y trouve une autre personne : soi. Le labyrinthe est alors un instrument de résurrection, de mort et de renaissance. L’auteure explore ici cette relation entre la vie, la mort et la renaissance à travers le labyrinthe et les mythes d’Égypte ancienne. L’auteur fait aussi référence dans ce chapitre à un autre ouvrage d’Hermann Hesse : “Voyage en Orient”. J’aime particulièrement Hermann Hesse. Une amie autrichienne m’avait offert un recueil de ses pensées quand j’avais 17 ans, une révélation… Bon, j’étais aussi très amoureux de cette fille, ce qui a certainement facilité la rencontre avec Hermann Hesse ! Plus tard une autre amie autrichienne m’a offert “Siddhartha” du même auteur et mon intérêt n’a fait que grandir. Bien plus tard, je suis parti en voyage nomade avec ma famille pendant un an. Sentant la valeur initiatique de ce voyage, j’ai emmené avec moi Hermann Hesse : Le Loup des Steppes, Demian, Le Voyage en Orient, le Jeu des Perles de Verre, …. Bref, ce rapprochement du labyrinthe et de la force symbolique inscrite dans l’œuvre d’Hermann Hesse me conforte dans ma lecture et ma compréhension littéraire. Hermann Hesse ne parle jamais du labyrinthe mais la structure de ces œuvres suit une logique de labyrinthe.

Extrait choisi dans “Le Jeu des Perles de Verre”, vous ne trouvez pas qu’il parle du labyrinthe ?

jeu des perles de verre

Mais on s’égare, revenons à l’ouvrage de Marie Hover.

Dans sa conclusion, l’auteure revient aux éléments introductifs sur l’étymologie du mot labyrinthe, une étude est annexée sur ce sujet. Elle en appelle à l’audace, nécessaire en pensée symbolique pour effectuer des rapprochements qui pourraient sembler hasardeux mais qui se révèlent fructueux à l’exercice. Et même nécessaires pour retrouver la Parole Perdue des labyrinthes. Elle en déduit que le labyrinthe est un temple qui rassemble la Terre et le Ciel et fait de l’Être qui le parcourt sa vie durant, un Temple lui-même. S’étant mis au service de l’Oeuvre, le parcourant devient l’Oeuvre.

Labyrinthe de la cathédrale de Chartres

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez laisser un gentil commentaire ou encourager mes recherches et créations par un don : https://www.helloasso.com/associations/matercoop/formulaires/2

Publié par Laisser un commentaire

Méditation courte sur la Pleine Conscience (8min)

méditation Pleine conscience

Version “Podcast” de la version longue, dense et lente de la méditation labyrinthe “Pleine Conscience”.

Bonjour !

Vous êtes prêts pour un fabuleux voyage au centre de vous-même ?

Aujourd’hui je vous emmène au pays de la Pleine conscience !

Dans cette méditation labyrinthique, nous allons nous concentrer sur notre ressenti corporel. Vous connaissez peut-être le fameux “scan corporel” pratiqué en méditation pleine conscience ?! Ce que je vous propose va un peu plus loin… Il ne s’agit uniquement de travailler son œil interne et le ressenti de son propre corps, il s’agit d’aller le plus profondément possible, jusqu’à toucher à son énergie vitale ! Un vrai trésor à ramener à la surface pour en nourrir tout son être !

C’est parti ? Je vous guide ?!

Ça vous a été utile ? Soutenez-moi ! https://frama.link/rrU50tP8

Retrouvez la version longue, dense et lente de la méditation labyrinthique Pleine Conscience ici : https://www.leselixirsdulabyrinthe.fr/produit/meditation-labyrinthique-guidee-pleine-conscience/

Abonnez-vous au podcast La Méditation Labyrinthique ! https://methodemeditationlabyrinthe.lepodcast.fr/rss

Texte de la méditation

Je suis au seuil du labyrinthe. J’ai la ferme intention d’aller jusqu’au Centre de moi-même, le Centre du labyrinthe où j’atteindrai la Pleine Conscience.

Je commence à marcher sur le 1er voyage. Je porte mon attention sur le contact entre mes pieds et le sol pendant la marche. Puis je remonte le long de mes jambes, leur mouvement. Je continue mon voyage corporel et je porte mon attention sur mes hanches et mon ventre. Je continue, je remonte vers le haut de mon corps, jusqu’à ma tête, en passant par les bras. Si je trouve des tensions, je place ma respiration sur elles…

Le virage approche, je marche sur le 2ème voyage. Je suis à l’écoute de mon corps. J’élargis mon champs de conscience, de sensation, de perception, d’attention, pour atteindre la conscience de tout mon corps en même temps, mon corps dans sa globalité . Je le sens être au monde, se déplacer, être dans ce labyrinthe, ici et maintenant. Je prends conscience que ce corps est mon véhicule terrestre, celui par qui je vis cette expérience terrestre unique…

Le virage approche, je marche sur le 3ème voyage, la circonvolution la plus proche du centre. Je découvre que mon état naturel, c’est un état de bonheur, la joie d’être simplement, ici et maintenant, dans l’instant présent. Je me rends réceptif à mon énergie. Chaleur, couleur, sensation, circulation, j’essaie de me figurer l’énergie de Vie en moi. C’est elle qui m’assure une singularité. Je me connecte avec ma singularité. Mon expérience terrestre est unique, il n’y a que moi qui vis cette expérience terrestre là.

Le Centre approche. Je me prépare… Je suis arrivé ! C’est là ! J’entre dans le Centre. Je tourne sur moi-même en contemplant le chemin parcouru, les 3 voyages précédents. Je sens les forces du labyrinthe converger au point précis où je me trouve. Je suis en un lieu où nul ne peut venir, mon « fort » intérieur. Ici je suis connecté à mon feu, ma source, le lieu d’où part mon élan de vie, ma graine originelle. Je sais que ce lieu, cette source de vie, existe maintenant et je pourrai y retourner m’abreuver chaque fois que j en aurai besoin. Rechargé, régénéré, je repars vers le Monde.

Je m’engage sur le 3ème voyage. Maintenant que j’ai saisi l’énergie de Vie, je l’imagine comme une braise. Je souffle dessus, je l’appelle à grandir, je lui demande de me faire confiance et de s’embraser ! Sa chaleur ravive ma propre énergie, qui s’échauffe et s’embrase à son tour. Je sens cette énergie de vie animer, embraser ma propre énergie qui grandit, s’illumine, je me sens feu…. Je reste un peu avec cette vision… Je me sens vivre.

Virage pour le 2ème voyage. Je reprends cette animation de mon être, mon énergie flamboyante et j’en nourris mon état d’esprit. Je suis joie, je sens mon sourire intérieur. J’aime cette plénitude, cet accord, l’esprit de Vie est mon esprit. Je me rapproche un peu plus du Monde. Je reçois sa musique, sa beauté, ses énergies. Fort de mon expérience intérieure, je peux accueillir l’énergie du Monde, l’énergie de la Terre, des plantes, des arbres, des autres humains, des roches, des animaux… Je suis en paix avec le Monde.

Le 2ème voyage se termine et j’entame le 1er voyage, le dernier avant la sortie. L’énergie de vie, maintenant je l’imagine parcourant tout mon corps pendant la marche. Je la fais monter de la Terre jusqu’au sommet de ma tête ; puis descendre du Ciel jusqu’à mes pieds. Je la sens réchauffer mon corps, le remplir de vie, de vigueur. Je parcours mon corps et je sens cette énergie remplir chaque espace, chaque partie, chaque cellule… J’ai de la gratitude pour mon corps qui me sert de véhicule terrestre. Je me prépare à retourner dans le tumulte du Monde puisque c’est là que j’œuvre. Je suis serein, je vais y déployer le trésor que j’ai trouvé au fond de moi.

Voilà, j’y suis ! Je sors du labyrinthe. Je suis là, ici et maintenant dans le Monde et je vais faire mon œuvre.

Publié par Un commentaire

La méditation dans un labyrinthe à 5 circonvolutions 2/2

Une continuité initiatique avec le labyrinthe à 3 circonvolutions

Dans le précédent article sur le labyrinthe à 5 circonvolutions, nous avons exploré les possibilités de trouver un labyrinthe qui viendrait juste après le labyrinthe à 3 circonvolutions. A partir de la croix initiale qui sert de matrice pour dessiner le labyrinthe, en explorant les possibilités en plaçant une puis deux équerres dans toutes les combinaisons possibles, j’ai établi :

  • qu’il n’existait pas de labyrinthe à 4 circonvolutions avec cette technique de dessin qui semble nous venir du fond des âges (voir l’article sur le labyrinthe à 3 circonvolutions),
  • que le labyrinthe qui vient juste après le labyrinthe à 3 circonvolutions est le labyrinthe à 5 circonvolutions,
  • qu’il n’existe que deux formes possibles de labyrinthe à 5 circonvolutions,
  • qu’une seule de ces deux formes présente un intérêt initiatique.

La forme qui présente un intérêt initiatique part de la croix enrichie de deux équerres dans la moitié basse de la croix.

Rappelons brièvement ce qui fonde l’argument de l’intérêt initiatique :

  • Le labyrinthe qui vient après le labyrinthe à 3 circonvolutions dans le parcours initiatique (si ce parcours existe, c’est mon hypothèse) doit proposer un continuum avec celui-ci de manière à ce que l’enseignement du labyrinthe à 5 circonvolutions soit une prolongation de l’enseignement du labyrinthe à 3 circonvolutions.
  • Le labyrinthe initiatique à 5 circonvolutions commence par les acquis spirituels du labyrinthe à 3 circonvolutions, on commence la traversée du labyrinthe par la 3ème circonvolution.
  • L’ordre dans lequel les circonvolutions sont traversées offre un intérêt spéculatif qui correspond à d’autres traditions initiatiques : le pas de côté ou grand bond, nouvel élément absent du labyrinthe à 3 circonvolutions.
  • La forme géométrique sacrée du labyrinthe initiatique à 5 circonvolutions propose une première partie du parcours qui revisite, en ordre décroissant, les circonvolutions du labyrinthe à 3 circonvolutions, un grand saut ou grand bond fait passer de la première à la quatrième circonvolution, comme une rupture, un Rubicon à traverser puis le parcours reprends une progression en ordre croissant pour les circonvolutions restantes qui vont constituer la nouvelle connaissance.

Ce rappel étant fait, entrons dans ce fameux labyrinthe initiatique à 5 circonvolutions et voyons ce qui se passe…

Relire le premier article sur le labyrinthe à 5 circonvolutions

Relire l’article sur la symbolique du labyrinthe à 3 circonvolutions

Voyage spéculatif dans le labyrinthe à 5 circonvolutions

On entre dans le labyrinthe par la 3ème circonvolution, c’est à dire par ce qu’on a appris à atteindre grâce au labyrinthe à 3 circonvolutions. En l’occurrence, le labyrinthe à 3 circonvolutions permet d’atteindre son for-intérieur, il est centré sur notre être. Comme tous les Chemins initiatiques, le chemin des labyrinthes commence aussi par « Connais-toi, toi-même », le thème donc du 1er labyrinthe de cette voie d’éveil, le labyrinthe à 3 circonvolutions. Donc en entrant dans le labyrinthe à 5 circonvolutions, nous sommes appelés à accéder directement à notre âme, notre source de vie, notre Moi-Sage, la connaissance la plus élaborée que nous avons de nous-même. Pour pouvoir faire ce chemin aussi rapidement et aussi facilement, il faut évidemment avoir pratiqué assez longtemps le labyrinthe précédent…

labyrinthe à 5 circonvolutions
voyage 1

Ça commence donc fort avec ce labyrinthe à 5 circonvolutions ! Nous plongeons directement à l’endroit où avant il nous fallait un cheminement transitionnel, une marche progressive, prudente, lente pour y parvenir… C’est comme si, une fois que nous avions atteint le centre avec un labyrinthe à 3 circonvolutions, nous étions téléportés devant l’entrée d’un labyrinthe à 5 circonvolutions !

labyrinthe à 5 circonvolutions
voyage 2

Ensuite le chemin nous emmène à la deuxième circonvolution, dans le sens inverse de rotation proposée à la 3ème circonvolution. Ce labyrinthe nous emmène au Centre en commençant par nous en éloigner, … étrange… Nous reprenons donc la logique du mouvement retour du labyrinthe à 3 circonvolutions pour revisiter l’Anti-thèse à la lumière de la Synthèse. Je rappelle ici qu’une des clés d’utilisation méditative du labyrinthe à 3 circonvolutions est de donner à chaque circonvolution une valeur symbolique, 1 : Thèse, 2 : Anti-thèse, 3 : Synthèse. Une autre clé consiste à considérer chaque circonvolution comme une enveloppe, une couche, un niveau, un échelon… Le labyrinthe serait alors comme une échelle par laquelle nous allons toujours plus profondément en nous, de manière plus dense, nous allons de la superficialité tumultueuse à la profondeur stable et sérieuse. Selon cette clé de la densité ou des couches, dans le mouvement retour, nous remontons à la surface le trésor retrouvé, couche par couche en nourrissant au passage chaque couche de ce trésor. Alors dans cette 2ème circonvolution, nous remontons l’échelle d’un cran vers le Monde ou revisitons l’Anti-thèse à la lumière de la Synthèse. Le changement de sens de rotation invite à l’introspection, à la critique, phase essentielle pour s’éviter erreur, illumination, biais cognitif, faille psychologique…

labyrinthe à 5 circonvolutions
voyage 3

Poursuivons le chemin de ce labyrinthe : il nous fait accéder à la 1ère circonvolution, celle qui marque la frontière, qui délimite le terrain, qui longe la séparation entre ce qui est le labyrinthe et ce qui est le Monde. C’est un peu le tour de guet d’un château fort qui protège un trésor. Avec cette circonvolution, nous découvrons l’étendu de notre être ; nous faisons le tour de notre propre domaine intérieur, nous inspectons la partie de nous qui est la plus en contact avec le monde extérieur… Le chemin nous fait reprendre le même sens de rotation que celui de la 3ème circonvolution, de sorte que nous reprenons le cours de quelque chose à la lumière de la critique, de l’introspection, objet de la 2ème circonvolution. Nous revisitons la Thèse à la lumière de l’Anti-thèse, elle-même rectifiée par la Synthèse. Ou nous remontons l’échelle pour nous approcher du Monde et nourrir cette couche de notre être avec le trésor retrouvé directement à la 3ème circonvolution.

labyrinthe à 5 circonvolutions
voyage 4

A la fin de la 1ère circonvolution, nous ne sortons pas du labyrinthe, non, nous sommes projetés, par un grand bond, un grand saut, un pas de géant ou de côté, à la 4ème circonvolution. Après nous avoir emmenés au Centre en nous en éloignant, ce labyrinthe nous rapproche du Centre par une voie expresse. Comme si pour faire ce grand bond, il fallait être préparé par les 3 premiers voyages issus du 1er enseignement, comme s’il fallait réviser avant une épreuve, comme s’il fallait reculer pour mieux sauter… Cette 4ème circonvolution tourne dans le même sens que la deuxième circonvolution, nous sommes donc encore une fois invités à considérer les choses autrement, à se laisser bousculés dans nos certitudes… Ce grand bond est une énigme pour le moment. Il nous emmène violemment dans un ailleurs. Un nouvel espace à explorer, doucement, progressivement. Au bout de la 4ème circonvolution, nous accédons à la 5ème circonvolution. Le labyrinthe nous fait reprendre une marche progressive croissante (4-5), exploratrice. Après ce grand bond qui “corrige” l’éloignement du Centre subit lors des trois premiers voyages, ce labyrinthe va nous approcher du Centre progressivement, prudemment, gentiment. Nous découvrons ce nouveau monde, cette nouvelle dimension par la 4ème et la 5ème circonvolution. Ma thèse ici, c’est que le labyrinthe à 5 circonvolutions nous initie à sortir de nous-même… C’est le sens du grand bond. Notre point de vue doit changer.

voile
Le grand bond …

A la 4ème circonvolution, nous sommes invités à reconsidérer ce que nous avons vu ou compris à la 1ère circonvolution (ces 2 circonvolutions sont liées) mais cette fois, non pas à partir de notre vision intérieure, mais depuis l’extérieur de nous même. Le Grand Bond est cette prise de hauteur, cette vision extérieure de nous-même, un peu comme si nous pouvions être conscients de la vision que l’Univers (la Nature, Dieu, le Grand Architecte, le Grand Esprit….) a de nous. C’est à cela que nous initie et nous entraîne ce labyrinthe à 5 circonvolutions. Ce Grand Bond fait penser à la transition vers le monde des Esprits lors d’un voyage chamanique… A la 5ème circonvolution, nous allons plus loin dans cet apprentissage, nous exerçons ce nouvel œil, ce nouveau point de vue sur un autre objet, celui par exemple étudié intérieurement à la 2ème circonvolution, cette fois nous l’étudions extérieurement. Nous nous rapprochons du Centre et nous améliorons notre nouvelle capacité.

labyrinthe à 5 circonvolutions
voyage 5

Au bout de cette 5ème circonvolution, nous accédons enfin à ce nouveau centre, un centre inconnu… Un Centre extérieur et intérieur à la fois. Le labyrinthe à 5 circonvolutions nous apprend à nous connecter à ce qui nous est extérieur mais accessible que de l’intérieur… l’Univers, le Grand Tout, la Création, … Rien de moins ! Au Centre, nous prenons conscience de cette Vérité : nous ne sommes pas que des êtres singuliers, nous sommes aussi des parts du Grand Tout, de Dieu… Nous portons en nous l’Universel et l’Universel nous porte. C’est cette part divine de notre être que ce labyrinthe nous apprend à explorer. Ce labyrinthe, c’est la Porte aux Étoiles… Au Centre, nous pouvons nous connecter au Grand Tout.

Ce labyrinthe nous fait sortir de notre zone de confort et nous donne une méthode pour explorer de nouveaux horizons. Il nous fait prendre conscience que nous nous nourrissons, nous nous développons, aussi grâce à cette prise de risque, cette décision qui aurait pu être une erreur, ce voyage que personne ne fait, cette habitude que personne ne prend, cette technique que personne n’explore…

labyrinthe à 5 circonvolutions
Centre

Et au Centre se trouve cette joie, cette félicité de se sentir grandi, amplifié, étendu… C’est le voyage des Compagnons Bâtisseurs qui quittent leur Maître pour apprendre sur tous les chantiers du Monde. C’est l’acharnement de Jonathan Livingstone le Goéland qui ne se résout pas à ressembler à ses semblables mais cherche à améliorer sans cesse sa technique de vol… Ce grand bond et ce nouveau Centre, c’est le dépassement de soi par ce qui est plus grand que soi. Nous ne pouvons nous élever seul vers les plus hauts niveaux de conscience. Ceci est possible que si nous acceptons de sortir de nous-même et de nous fondre dans ce quelque chose de plus grand… C’est une sorte de mort à soi en quelque sorte. Une mort de l’ego. Le Grand Bond puis le Nouveau Centre nous font reconsidérer des principes qui nous étaient incompréhensibles et insupportables quand nous étions « en bas » : l’Obéissance, l’Humilité, l’Abandon de soi, l’Abnégation… Ici, la soumission n’est plus une misère mais une grandeur. Ici nous comprenons pourquoi Jésus présentait Dieu comme le plus petit et le plus vulnérable des humains. Ici, les premiers sont les derniers et les derniers les premiers… Évidemment, ces principes ne valent que dans ce monde « d’en haut ». La limite entre la 3ème circonvolution et la 4ème circonvolution, c’est la limite entre l’être et l’Univers, entre le Bas et le Haut, entre le monde de la Matière et le monde de l’Esprit. C’est une frontière, un voile…

En sortant du Centre, nous nous engageons sur la 5ème circonvolution. Nourri de notre expérience du Centre, nous explorons ce Haut, dans sa couche la plus élevée qui nous est donnée de percevoir, à ce stade. Nous explorons maintenant autre chose que nous-même ! Nous améliorons la connaissance de ce que nous avons juste touché au Centre : ce quelque chose plus grand que nous : l’Idéal, l’Idée Pure, le Grand Esprit, Dieu, le Un, le Grand Architecte de l’Univers, selon vos conceptions des choses et votre inspiration, l’important c’est le dépassement, la transcendance. De la même manière que pour le mouvement retour du labyrinthe au grade d’apprenti, la première partie du mouvement retour du labyrinthe à 5 circonvolutions (que nous appellerons « au grade de compagnon ») nous fait parfaire cette nouvelle connaissance. Si l’aller était une exploration, le retour est une assimilation, une intégration. Le processus d’apprentissage enseigné au labyrinthe à 3 circonvolutions est utilisé pour cette première partie du voyage retour. Ce processus est passif au voyage aller : on observe, on ressent, on découvre, on explore. Au centre, on comprend, notre esprit met de l’ordre, de la logique, des mots, on émet une hypothèse. Puis le processus devient actif : au voyage retour, volontairement nous remettons sur le banc d’essais la nouvelle connaissance et nous testons si l’hypothèse résiste à l’épreuve des faits, ce qui nous permet de parfaire l’hypothèse en thèse. C’est le sens du changement de rotation entre la 4ème et la 5ème circonvolution : la critique, le test, la remise en question. Nous revisitons chacune des circonvolutions à la lumière de ce que nous avons découvert au Centre. Nous rendons la connaissance robuste et forte.

Et nous voici à la fin de la 4ème circonvolution. Prêt pour le grand saut dans la matière. La Chute des Anges. Après avoir chargé notre être des apports et bienfaits du monde de l’Esprit nous allons en enrichir notre expérience terrestre. Il y a certainement un lien essentiel entre la 4ème et la 1ère circonvolution, une correspondance.

Si la 1ère circonvolution représente une valeur, par exemple le corps, dans un monde ou un système, la 4ème représente la même chose dans l’autre monde ou système. C’est ce qui permet d’aller d’un monde à l’autre, d’un système à un autre, d’une dimension à l’autre. Redescendu dans le monde du labyrinthe à 3 circonvolutions, le labyrinthe à 5 circonvolutions nous fait parcourir les circonvolutions dans un ordre progressif positif : 1 – 2- 3. Si on reprend le processus d’apprentissage, cette progression correspond à une attitude passive et réceptive. En effet, nous revenons avec une nouvelle connaissance et ici il s’agit d’explorer ce qui change dans un monde que l’on connaît déjà bien. L’exploration s’effectue du plus évident (circonvolution 1) au plus subtil, le plus délicat, (circonvolution 3), en passant toujours par une étape de critique, de test (circonvolution 2). Là encore, ce labyrinthe nous déroute par ce paradoxe du mouvement : nous nous acheminons vers la sortie mais nous nous rapprochons du Centre… Comme une dernière inspiration ou influence du Centre avant de sortir.

Nous allons de ce fait découvrir un monde que nous connaissons bien, que nous pensions bien connaître, avec de nouveaux yeux, de nouvelles conceptions, de nouvelles grilles de lecture. Ce monde est à redécouvrir. Nous voici revenus devant le labyrinthe à 3 circonvolutions. Cette structure du labyrinthe à 5 circonvolutions nous enseigne ici, que nous serons toujours d’éternels apprentis… Chaque fois que nous aurons appris une nouvelle chose, une nouvelle technique, un nouveau matériau, un nouvel outil, il faudra remettre l’ouvrage sur le métier… Le voyage n’est jamais fini. Toujours recommencé. Ce que nous avons appris dans l’autre monde il faut en nourrir chaque couche de notre être : le corps, l’esprit et l’âme… Une fois que nous en avons transformé en profondeur notre être, nous sommes prêts à revenir dans le monde réel, dans notre quotidien. Le labyrinthe à 5 circonvolutions nous permet alors par un couloir de passer de la 3ème circonvolution à la sortie.

Pour le labyrinthe à 3 circonvolutions nous avions vu que le labyrinthe existe grâce à un point particulier qui joint les 2 serpentins qui forment les parois du chemin, un serpentin pour le côté droit et l’autre pour le côté gauche. Il en est de même pour ce labyrinthe à 5 circonvolutions, il est le mariage entre 2 serpentins. Il fonctionne lui aussi comme le Tao : l’union du Yin et du Yang et les 2 valeurs complémentaires et opposés forment une 3ème valeur transcendante. Le labyrinthe à 5 circonvolutions est lui aussi structuré avec un serpentin masculin et un serpentin féminin qui s’unissent.

labyrinthe à 5 circonvolutions
Masculin Féminin
labyrinthe à 5 circonvolutions
masculin feminin

Dans le labyrinthe à 3 circonvolutions nous avions vu que sans ce point d’union il n’y a plus de labyrinthe car un couloir s’ouvrait permettant d’aller de l’entrée au Centre. De sorte que le labyrinthe est une voie initiatique pour atteindre le centre dont la voie directe est fermée par ce point. Ce couloir, nous sommes capable de l’emprunter partiellement dans le labyrinthe à 5 circonvolutions, en 2 étapes : de l’entrée à la 3ème circonvolution et de la 1ère circonvolution à la 4ème. Avec l’enseignement du labyrinthe à 3 circonvolutions nous sommes donc capables de faire des bonds de 3 circonvolutions et d’emprunter partiellement ce couloir direct qui nous était interdit au labyrinthe à 3 circonvolutions. Ce qui corrobore la valeur initiatique des labyrinthes. Une partie du couloir ne nous est toujours pas accessible…

Selon ma thèse, les labyrinthes forment une voie initiatique. Dans le premier article, nous avons vu que la géométrie permettait de le penser. Qu’une cohérence initiatique pouvait être considérée entre le labyrinthe à 3 circonvolutions et celui à 5 circonvolutions. Maintenant que nous avons parcouru et interprété ce labyrinthe à 5 circonvolutions, nous pouvons confirmer cette cohérence. Nous apprenons quelque chose de nouveau mais en rapport avec ce qui avait été appris.

Le labyrinthe à 3 circonvolutions présente une progression linéaire positive, il nous enseigne à aller en profondeur, par étape successive. La seule difficulté et originalité qu’il nous fait appréhender, c’est le méandre, le changement de sens de rotation à la 2eme circonvolution. Ce changement de rythme qui préfigure la frontière entre la 3eme et la 4eme circonvolution du labyrinthe à 5 circonvolutions. Le labyrinthe à 5 circonvolutions nous fait appréhender plusieurs nouveaux éléments des labyrinthes : les grands sauts, une division interne en 2 mondes et les progressions différentes (voyage aller : progression décroissante 3-2-1 puis croissante 4-5-Centre et voyage retour : progression décroissante Centre-5-4 puis croissante 1-2-3). C’est le 1er labyrinthe où on expérimente l’éloignement du centre alors qu’on se dirige vers lui (3-2-1), ce qui est une première épreuve pour l’égo qui prépare bien son dépassement.

Fort de cette expérience du labyrinthe à 5 circonvolutions, nous regardons le labyrinthe à 3 circonvolutions différemment. Nous comprenons que le labyrinthe à 3 circonvolutions nous fait travailler l’égo, le soufre, l’élan vital, ce qu’il y a de singulier en nous. Et que le labyrinthe à 5 circonvolutions nous fait travailler, lui, la transcendance, le mercure, ce qu’il y a d’universel en nous. De ce point de vue, nous sommes bien dans une progression initiatique. Si la devise du labyrinthe à 3 circonvolutions est « Connais-toi, toi-même », celle du labyrinthe à 5 circonvolutions pourrait être le « NON SIC IMPII » inscrit sur la frise de l’entablement de la porte de la Chapelle du Château de Goutelas, qui fait écho à « NUL N’ENTRE ICI S’IL N’EST GEOMETRE » inscrit à l’entrée de l’académie de Platon, portant l’idée que pour entrer dans ce labyrinthe, il faut consentir à un abandon, une transcendance… On pourrait inventer un “NUL N’ENTRE DANS LE LABYRINTHE 5, S’IL N’EST INITIE AU 3”.

Logiquement, pour le labyrinthe à 7 circonvolutions nous devrions trouver un labyrinthe qui correspond au sel… à suivre…

Testez mes méditations labyrinthiques guidées !

marche meditative labyrinthe
Cliquez sur la photo pour découvrir mes Méditations Labyrinthiques guidées

Mes méditations labyrinthiques guidées en version courte et gratuite sur le podcast !

tresor méditation labyrinthique guidée
Cliquez sur l’image pour découvrir mon podcast Méditation&Labyrinthes

Vous aimez mon œuvre ? Encouragez-moi !