Publié par Laisser un commentaire

Exercice de respiration pour méditation labyrinthique

atelier

“Je porte mon attention sur mes pas, ma respiration”

Dans mes méditations guidées, je dis avant de rentrer ou sortir du labyrinthe, à chaque changement de circonvolution et avant d’entrer ou sortir dans le centre : “Je porte mon attention sur mes pas, ma respiration.”

Ce petit exercice est précieux, il permet d’exercer son esprit à la concentration et développer sa capacité à résister aux distractions.

“Je porte mon attention sur mes pas …” Pourquoi se focaliser sur les pas ?

Il est très facile de se concentrer sur une sensation physique, le toucher, car c’est une sensation très localisée. L’avantage de cette sensation, c’est qu’elle est interne et autant nous avons l’habitude dans notre vie quotidienne de nous concentrer, de porter notre attention sur quelque chose qu’on voit, qu’on entend ou qu’on sent, autant nous n’avons pas l’habitude de nous concentrer, de porter notre attention sur le toucher.

méditer dans un labyrinthe

Cet exercice a donc le multiple avantage de nous faire travailler une sensation délaissée, de prendre le chemin du regard intérieur et de proposer un point de concentration très net, très localisé.

“Je porte mon attention sur ma respiration…”

Je propose d’accompagner cette focalisation sur les pas par une concentration sur la respiration. La respiration est une des premiers outils utilisés en méditation ou tout art énergétique comme le Qi Gong, le Taï Chi ou le Yoga.

Qui parle de méditation, parle de souffle. La concentration sur la respiration est un des premiers exercices d’initiation, sinon le premier !
C’est pourquoi il ne faut pas le négliger ces petits exercices que je propose entre 2 voyages, entre 2 états.

La conscience mise dans la marche ouvre le chemin du Regard Intérieur et permet d’être plus sensible et de capter les sensations internes dues à la respiration. Nous sommes aussi sensible de l’intérieur et nous pouvons capter le “toucher” de l’air entrant et sortant dans notre œsophage, nos poumons, notre gorge, notre nez… On commence par le plus simple la sensation de l’air entrant et sortant sur les lèvres ou les narines, puis la bouche ou le nez, puis l’œsophage, puis les poumons et au plus profond des poumons… Au fur et à mesure qu’on avance ou qu’on a de l’expérience, nous allons dans plus de précision, plus de subtilité, plus de présence.

Labyrinthe

La respiration comme un rythme présence / détente

Ces sensations subtiles accentuent nos capacités sensorielles. Dans ma façon de guider les méditations, je propose d’accompagner l’inspire et l’expire par des états corporels et des états d’esprit.
A l’inspire, je propose d’être dans la présence. Et à l’expire d’être dans la détente.
Ce séquençage est inspiré par les valeurs Yin et Yang que donne la médecine chinoise à la respiration : l’inspiration est chargement d’énergie, Yin ; l’expiration est utilisation de l’énergie, l’action, le mouvement, Yang.

Cette proposition que je fais pendant mes méditations guidées, a le double avantage de faire travailler l’accès au retour à l’instant présent et de développer la connaissance que l’on a de son propre corps. Finir par la détente permet de se rendre disponible pour ce qui va se passer à la prochaine étape.

atelier

Exercice pratique de respiration lors d’une marche dans un labyrinthe.

Pour s’exercer à cette respiration méditative, je vous propose un exercice essentiellement composé de la concentration sur les pas et la respiration.
A chaque inspire et expire, je vais compter le temps qu’il faudra tenir. Je me sers des pas comme unité de temps. Ainsi les pas et la respiration sont liés dans une même concentration. Il ne faut pas se précipiter, expire et inspire doivent se faire dans la douceur et le calme sinon vous risquez l’hyperventilation.

Pendant la marche méditative dans le labyrinthe, je déroule bien mes pas, quitte à exagérer un peu. Au 1er voyage, l’inspire et l’expire durent 3 pas et s’effectuent par le nez. Au 2ème voyage, l’inspire et l’expire durent 5 pas. Au 3ème voyage, l’inspire et l’expire durent 7 pas. Au centre, l’inspire et l’expire durent 10 secondes, nous ne sommes plus en mouvement, au centre nous sommes statiques, nous mesurons alors en secondes. Puis en sens inverse : au 3ème voyage, l’inspire et l’expire durent 7 pas, au 2ème voyage, l’inspire et l’expire durent 5 pas et enfin au 1er voyage, l’inspire et l’expire durent 3 pas, la respiration se fait toujours par le nez. Cette progression permettra d’améliorer votre récupération cardiaque, votre capacité pulmonaire et respiratoire, votre pouvoir de concentration.
Le retentissement des timbales marquent le changement entre inspire et expire.

Prêt ?

Retrouvez le fichier audio de l’exercice sur la page de mon podcast.

La vidéo de l’exercice dans un vrai labyrinthe !
Publié par Laisser un commentaire

« Connais-toi, toi-même »

labyrinthe connais toi toi meme

Cette maxime, nous la connaissons tous. Elle était gravée non pas sur le fronton du temple d’Apollon à Delphes mais sur les murs du pronaos du Trésor des Athéniens, sorte de mini-temple offert par les Athéniens sur la voie sacrée qui mène au temple d’Apollon.

Panneau explicatif du Trésor des Athéniens à Delphes

« Connais-toi, toi même » est au commencement de tout parcours initiatique formulée d’une manière ou d’une autre. C’en est même l’alpha et l’oméga, le but et le chemin, la fin et le moyen.

Cette injonction est commune à tous les chemins qui réellement à élever les humains dans leur humanité.

Que veut-elle dire ? Quelle consistance lui donner ?

Je me connais, je sais où j’habite, comment je m’appelle, qui sont mes parents, ma famille, mon histoire, mon origine, mes joies, mes peines, mes désirs, mes frustrations, mes espérances, mes idéaux…

Est-ce bien de cela dont il s’agit ?

En partie, mais pas en totalité car pour cela il n’est pas nécessaire d’emprunter un Chemin particulier ou choisir la stimulation d’une école ou d’une tradition comme la franc-maçonnerie ou l’alchimie.

Il s’agit de cela mais pas que. Pour se connaître soi-même, il faut apprendre à s’observer. Pour s’observer il faut se détacher, prendre du recul. Arriver à être à la fois le sujet observateur et l’objet observé. D’abord le faire hors de l’action, après coup, dans le silence et le secret de l’intimité.

Jusqu’ici, rien de nouveau, c’est assez évident.

Trésor des Athéniens à Delphes

Il nous faut aussi une grille d’observation. La science peut nous en fournir. Je suis un humain donc les lois qui me gouvernent sont propres aux humains dont certaines sont communes avec les animaux et plus largement avec tous les être vivants. Il me faut donc étudier l’humain, les animaux, les être vivants et voir comment cette science se manifeste en moi. Par exemple si on considère que les humains oscillent entre 4 grandes émotions Joie, Peur, Tristesse, Colère, l’introspection me sert à prendre conscience ce qui déclenche chaque émotion dans ma vie.

Nous ne pourrons évidemment pas collecter toutes les sciences et en comprendre toutes les subtilités, surtout quand nous ne sommes pas nous même scientifiques mais se connaître soi même passe par chercher à comprendre les fonctionnements de l’humain et les observer en nous pour mieux nous comprendre en tant qu’être vivant, animal, sapiens sapiens.

Ce n’est pas encore cela que nous trouvons sur un chemin initiatique malgré la nécessité de ce travail de se penser et s’observer comme un spécimen particulier des êtres vivants, animaux, sapiens sapiens.

Ce qui fait l’expérience initiatique c’est la découverte de soi.

Si la conscience de nos goûts et dégoûts, nos intérêts et nos défaveurs, dénis et refoulements, désirs et frustrations nous fait découvrir notre moi qui s’incarne dans la vie matérielle ce n’est pas dans cette vie là que nous ferons l’expérience du soi.

« Connais-toi, toi-même » parle de « toi ». C’est une injonction que l’on reçoit en tant qu’individualité. Le « toi » s’adresse au moi et au soi, de mon point de vue. Et aussi au « ça », c’est à dire à notre essence : une être vivant, un animal, un sapiens sapiens.

Il nous reste le soi.

Vue sur le site de Delphes

Je le comprends comme faire l’expérience intime et secrète de la singularité et de l’unicité de la vie qui m’anime, moi et pas un autre, ici et pas ailleurs, maintenant et pas en un autre temps. Cette expérience se détache du vécu, de la vie matérielle, des soucis ou des joies. C’est sonder cette vie qui m’est donnée et qui m’anime. Connaître ce soi, unique et singulier par essence. Alors que le moi tire sa singularité et son unicité de son existence, c’est à dire de l’expérience matérielle : les confrontations dans le réel ; le hasard des connexions neuronales qui me font réagir aux stimuli d’une manière plutôt que d’une autre ; les réflexes ; les émotions et les comportements.

Le Soi existe quoiqu’il arrive et n’est pas soumis aux influences extérieures. Il n’a pas d’histoire. Nous en prenons conscience quand nous nous remémorons à nous-même, quand nous tentons de saisir en nous l’instant présent, quand nous nous observons vivre, être de la matière animée… Si le Moi évolue, le Soi est immuable.

« Connais-toi, toi-même » est un chemin où la connaissance du moi, du ça et du soi sont chacune nécessaires. Aucune n’est suffisante. Aucune n’est plus importante ou plus noble que les 2 autres. Pour se connaître, il est important de réaliser ces 3 travaux sur notre « toi », travail sur le moi, travail sur le ça et travail sur le soi. Rien de trop, ces travaux doivent être équilibrés.

labyrinthe connais toi toi meme

La quête est déjà en soi infinie mais les perspectives ne s’arrêtent pas là, la maxime continue ; « Connais-toi, toi-même et tu connaîtras le Monde et les Dieux ». Je vous laisse méditer là-dessus.

Publié par Laisser un commentaire

Prenez 10 minutes rien que pour vous pour cette nouvelle année !

méditation nouvel an

Le changement d’année c’est les fêtes, retrouver les amis, la famille, se réjouir ensemble (ou pas…), c’est les bons repas, les bonnes résolutions… C’est aussi une bonne période pour se poser : revisiter l’année écouler, en faire le bilan et se projeter dans l’année qui vient.

Ma manière de vous présenter mes meilleurs vœux !

Pour vous présenter mes meilleurs vœux, je vous ai concocté une méditation spéciale pour le nouvel an ! Cette méditation a la particularité de se dérouler dans un labyrinthe à 3 circonvolutions.

labyrinthe tableau
Un labyrinthe simple à 3 circonvolution (ou 1er degrés)

Cette méditation vous pouvez la suivre en vidéo :

La vidéo de la méditation spéciale Nouvel An !

Et vous pouvez récupérer le fichier audio de la médiation pour l’avoir toujours avec vous sur vos appareils mobiles ou l’offrir à quelqu’un d’autre ! CLIQUEZ ICI

méditation nouvel an

Dans cette méditation je vous propose de suivre le rythme du labyrinthe et de s’en inspirer. Elle dure 10 minutes. 10 minutes à s’offrir, 10 minutes rien que pour soi, comme un cadeau que l’on se fait…

1er voyage : visite de l’année écoulée
2ème voyage : couleur globale de l’année écoulée
3ème voyage : ressenti interne et accueil
Centre : connexion au moi profond
3ème voyage : les grandes envies pour l’année à venir
2ème voyage : couleur globale de la nouvelle année
1er voyage : visualisation des concrétisations

Obtenir le fichier audio de la méditation spéciale Nouvel An

Qu’est-ce qu’un labyrinthe à 3 circonvolutions ?

C’est un labyrinthe simple, le plus simple même ! Une circonvolution est un parcours qui fait le tour de quelque chose. Dans ce labyrinthe, il y a trois voyages qui tournent autour du centre du labyrinthe. Ce centre, on l’atteint au bout des trois voyages. La progression dans ce type de labyrinthe est régulière : on commence par la 1ere circonvolution puis la deuxième, la troisième et enfin le Centre. Puis le Centre, la troisième, la deuxième, la première et la sortie. Dans d’autres labyrinthes, la progression est irrégulière.

Plus d’information sur le symbole du labyrinthe à 3 circonvolutions.

tresor méditation labyrinthique guidée

Pourquoi méditer dans un labyrinthe ?

Ce genre de labyrinthe n’est pas un dédale. C’est à dire qu’on ne se perd pas dans ce genre de labyrinthe, au contraire on se trouve !

On chemine à travers les circonvolutions du monde au centre, au centre on se retrouve, on se connecte à soi, on exerce le rappel de soi, on se remémore notre profondeur, notre source de vie, notre vérité d’être. C’est notre for(t)-intérieur, notre salle au trésor. En ce centre, nous expérimentons l’unicité de notre existence et nous nous familiarisons avec notre “Moi-Sage”, c’est à dire l’intuition que nous avons au fond de nous de l’état le plus abouti de notre être unique. Puis du centre, nous repartons vers le monde en passant à travers les circonvolutions.

Les circonvolutions agissent comme un sas qui nous prépare à changer de lieu, de condition, d’état d’esprit. Le sens de circulation change à chaque circonvolution, c’est une des caractéristiques du labyrinthe qui le distingue des spirales. Cette caractéristique confère au labyrinthe des propriétés particulières qui le rende puissant pour la méditation.

méditer dans un labyrinthe

Les intérêts de la méditation dans un labyrinthe sont multiples :

  • la marche, le fait de marcher stimule le cerveau d’une certaine manière qui favorise la méditation
  • les circonvolutions qui proposent une progression, une méthode
  • une matérialisation et une spatialisation d’état d’esprit méditatif

Un labyrinthe va vous emmener non seulement au Centre où vous aurez atteint l’état méditatif mais aussi il vous ramène au Monde après l’état méditatif. C’est un grand intérêt que je vois dans la méditation labyrinthique, outre la facilitation de la méditation, le labyrinthe n’oublie pas de nous ramener au Monde. Souvent les autres techniques de méditation ne propose pas de temps pour revenir à la surface et le retour est assez violent. Dans un labyrinthe, le retour a autant d’importance que l’aller !

atelier
Méditer dans un labyrinthe

Plus d’informations sur la méthode de méditation dans un labyrinthe à 3 circonvolutions.