Publié par Un commentaire

Jean 5, 18-30 La nature trinitaire de Dieu expliquée par Jésus

Spéculation spirituelle et personnelle sur l’évangile de Jean

Le texte biblique

L’évangile de Jean se distingue des 3 autres évangiles par sa composition, son ordre, son style et ses sources. Il est considéré comme symbolique. Je présente mon travail spéculatif sur cet évangile particulier.

Les juifs religieux de l’époque présents au moment des faits sont choqués que Jésus viole le Sabbat et qu’il revendique l’essence divine. C’est sûr, si quelqu’un se présente comme le Fils de Dieu, on le prendra d’abord pour un fou. Encore plus pour nous chrétiens, puisque nous avons déjà notre “Fils de Dieu” ! Alors s’Il revenait, pas sûr que nous le reconnaîtrions !

Jésus se lance alors dans un fragment d’enseignement sur l’essence trinitaire de Dieu et plus spécifiquement sur la relation entre Dieu-le-Pere et Dieu-le-Fils dans la Trinité Pere-Fils-Saint Esprit. La pensée ternaire ou dialectique consiste à équilibrer et dépasser 2 propositions par une troisième : thèse, anti-thèse, synthèse. Le premier terme est souvent considéré comme le terme positif, le second comme le terme négatif et le troisième comme neutre ou équilibrant. Mais Jésus n’est pas le négatif de Dieu, ce n’est pas le Diable ! La valeur de la relation entre Dieu-le-Pere et Dieu-le-Fils semble plutôt tenir de l’actif et du passif. Pourtant Jésus n’est pas un passif à nos yeux ! Il agit même ! Il nous enseigne que pourtant s’Il porte l’action dans le Monde, Il n’en possède pas la Volonté.  A Dieu-le-Pere la Volonté, à Dieu-le-Fils le Jugement, c’est à dire le discernement, l’intelligence, la compréhension de l’environnement immédiat pour pouvoir y adapter une action afin qu’elle soit efficace. Le fait que Dieu-le-Fils ait l’intelligence, nous le comprenons par ces mots “Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils”. Si Dieu-le-Pere est l’Architecte, Dieu-le-Fils est le chef de chantier. Il projette la Parole, l’Esprit dans le Réel, la Matière. Il n’est donc pas le négatif de Dieu-le-Pere mais son complémentaire. A la manière du Yin et du Yang synthétisés par le Tao, autre symbole ternaire.

Dieu-le-Pere possède la vie , Il est le principe premier mais ne peut rien faire seul. Il ne s’applique pas lui-même à la nature. Il lui faut pour celà Dieu-le-Fils qui connaît le Monde et donc peut juger selon l’Esprit de Dieu-le-Père. Si Dieu-le Pere est l’Ame de la Trinité, Dieu-le-Fils en est le Corps. On pourrait dire avec des mots modernes et technologiques que Dieu-le-Fils est l’application terrestre et temporelle de Dieu-le-Pere. Il le dit clairement : “Je ne peux rien faire de moi-même”. Ce n’est pas un choix d’une vie humble, dévouée et désintéressée, pour Lui c’est sa nature ! Il n’a pas le choix, ce n’est pas Lui qui a la Volonté, lui Il a le Jugement, les clés, c’est à dire l’exercice de l’Intelligence. “Je ne cherche pas ma Volonté, mais la Volonté de Celui qui m’a envoyé”. Dieu-le-Pere a bien un rôle actif dans la trinité et Dieu-le-Fils un rôle passif. Dieu-le-Fils n’a pas le choix, mais nous, nous l’avons. Nous pouvons choisir d’obéir à notre seule volonté propre ou à la Volonté de Dieu plus ou moins intégralement. Le problème est d’être initié à cette Volonté du Père. Car qui peut prétendre connaître la Volonté de Dieu-le-Pere, sinon Dieu-le-Fils ? En esprit nous pouvons l’approcher, toujours nous devons le chercher. Jésus nous invite à cela et à s’y conformer en ayant conscience que nous pouvons nous tromper dans notre compréhension de cette Volonté. Et Jésus ne nous dit pas de faire en sorte que les autres obéissent à la volonté de Dieu, il ne s’agit que de nous-même ! Seul Lui peut juger ! Pas les religieux et autres maîtres spirituels. Ainsi tous ceux qui revendiquent la connaissance de la volonté de Dieu et veulent l’imposer aux autres, à la société, tous ceux là sont dans l’erreur, de fait. Le fait même que l’intelligence et la connaissance et donc le Jugement appartiennent à Dieu-le-Fils et à lui seul et non à ses représentants autoproclamés, devrait nous faire toujours préférer et défendre la laïcité. La laïcité c’est aussi la reconnaissance que nous ne sommes pas Dieu-le-Fils. Aussi, ceux qui prétendent connaître et représenter la volonté de Dieu blasphèment, car ils se prennent pour Dieu-le-Pere alors que ce ne sont que des humains.

Jésus nous dit que ceux qui auront entendu et cru à la voix de Dieu-le-Fils connaîtront la vie éternelle, sortiront de la mort pour aller vers la vie.  Aujourd’hui je suis bien vivant, alors de quelle vie parle Jésus ? En quoi si je l’écoute et le crois, je vais passer de la mort à la vie ici et maintenant ? De quelle mort s’agit il ? De quelle vie s’agit il ? Pas la biologique puisque je suis déjà envie. Je crois qu’il s’agit  de la vie en Esprit. La vie en Matière nous est donnée et nous avons le libre choix de naître à la vie en Esprit. Qu’est ce que celà veut dire ? Certainement ne plus obéir uniquement à notre volonté propre et nos intérêts particuliers mais intégrer dans nos actions et nos décisions la volonté universelle, celle de l’Univers, de l’intérêt général, celle qui est en harmonie avec la Fraternité et la concorde entre les humains, celle qui prend soin des équilibres vitaux et environnementaux de la Création. Ce qu’on peut appeler aujourd’hui une vie en conscience.

Ce que Jésus appelle la Volonté de Dieu-le-Pere, nous en distinguons les formes par notre intuition et notre connaissance issue de l’étude et la méditation des actes et des paroles de Dieu-le-Fils, puisque Dieu-le-Fils réalise les œuvres conçues par Dieu-le-Pere. C’est ici qu’intervient la 3eme partie de Dieu-Trinité : le Saint Esprit dont il n’est pas question dans ce passage. Il est la partie de Dieu-Trinité dans la Création, la part qui descend dans les éléments de la Création, Il est l’Esprit de Dieu-Trinité. En écoutant et en croyant, il se révèle dans notre esprit, à nous de le découvrir, le reconnaître et le cultiver ne nous-même. C’est par Lui que nous pouvons chercher la Volonté de Dieu-le-Pere et en acquérir une connaissance intime et personnel pour naître et grandir en Esprit. 

<- Jean 5, 1-17 Quand Jésus a l’initiative du Miracle, contre les règles et la superstition

Jean 5, 31-47 Les témoignages ->

Une réflexion au sujet de « Jean 5, 18-30 La nature trinitaire de Dieu expliquée par Jésus »

Laisser un commentaire