Publié le

Jean 5, 31-47 L’Amour de Dieu comme clé des Ecritures

Spéculation spirituelle et personnelle sur l’évangile de Jean

Le texte biblique

L’évangile de Jean se distingue des 3 autres évangiles par sa composition, son ordre, son style et ses sources. Il est considéré comme symbolique. Je présente mon travail spéculatif sur cet évangile particulier.

Ce passage appartient à la réponse de Jésus aux juifs offusqués du fait que Jésus non seulement n’observe pas le Sabbat mais en plus se prend pour le fils de Dieu… Blasphème !

Jésus parle ici de sa relation avec Jean. L’ordonnancement des pouvoirs et des accomplissements entre eux. Jean a rendu témoignage à Jésus. Jean est la lampe allumée qui attire ceux qui la voient. On est toujours initié par un maître, quelqu’un de plus éclairé. Jean brille, il est capable d’initier, c’est un maître. Il est capable de donner du sens, d’extraire les esprits de la cage matérielle dans laquelle ils sont prisonniers.

Mais Jésus annonce qu’il n’a pas besoin qu’un autre homme lui rendent témoignage car ce qui lui rend témoignage, ce sont ses œuvres, celles de son Père-Dieu à travers Lui.

Mais il met en garde, il leur dit : “Vous ne pouvez pas voir ces témoignages de Dieu”. Ils sont hors de portée, hors de vision, hors d’audition, … Ce n’est donc pas avec les sens matériels que nous pouvons prendre conscience du témoignage que Dieu-le-Père fait à Dieu-le-Fils.

Il continue en critiquant la référence fondamentaliste aux Ecritures. “Vous scrutez les Ecritures parce que vous pensez acquérir par elles la vie éternelle”. Là, il ne s’attaque pas aux Ecritures en elles-même mais à la façon dont on les aborde, dont on les utilise. Il leur dit qu’ils ont beau les étudier, ils ne comprennent pas ce qu’elles contiennent puisqu’elles lui rendent témoignage et qu’ils sont incapables de le comprendre. Il y a donc une façon d’étudier, de comprendre les Ecritures. Après le sens, Jésus s’attaque à l’intellect. Ce n’est pas avec l’intellect pur qu’on comprend Dieu.

Jésus marque ensuite sa différence ou veut nous parler encore de la différence entre le monde spirituel et le monde matériel : “La gloire, je ne la tiens pas des hommes”. Ce n’est donc pas une gloire de même nature que celle dont les “grands hommes” jouissent auprès des autres hommes. C’est une gloire intime et secrète pour le monde matériel et peut-être splendide et magnifique dans le monde spirituel. Mais les insensibles au monde spirituel ne peuvent voir cette gloire de Dieu-le-Fils.

Et là vient une sentence :” Mais je vous connais, vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu”. Voila la clé. Voila ce qu’il faut pour comprendre les Ecritures, pour être conscient du sens des œuvres de Jésus, pour être sensible à sa Gloire qui appartient à un autre monde. L’Amour de Dieu est la porte d’accès, le lien, le pont, le code de déchiffrage.

Reste à savoir s’il s’agit de l’Amour qui appartient à Dieu (le divin amour) et qui serait en nous ou si c’est l’amour que nous portons à Dieu. Pour ma part, je crois que c’est la première assertion : l’Amour qui appartient à Dieu. Cet Amour n’est pas seulement sentiment mais énergie, philosophie, système.

C’est en chaussant les lunettes de l’Amour que l’on comprend le sens des Ecritures et que nous pouvons en extraire des enseignements utiles et déterminants pour notre développement spirituels. Et aussi pour en séparer ce qui relève de la superstition, de l’oppression intellectuelle ou de la religiosité obscurantiste.

Dans la fin du passage, Jésus illustre encore cette thèse : il faut quitter le monde matériel et ses règles, ses usages, ses coutumes, quitter sa zone de confort dirait-on aujourd’hui, changer ses bases de compréhension, sa grille d’analyse pour toucher du monde spirituel. Il faut quitter l’état de machine qui suit des préceptes, des règles, des coutumes pour laisser vibrer les Ecritures en soi et découvrir en quoi elles nous apprennent à aimer plus juste et plus fort. En comprenant les Ecritures par l’Amour, en prodiguant cet Amour, c’est ainsi qu’on rend témoignage au Fils et au Père/

Après un passage comme celui-là on peut être amener à se demander “Et s’il revenait aujourd’hui, est ce que la même situation pourrait avoir lieu ?”. Malheureusement, je crois que oui, tant nombre de chrétiens lisent et comprennent les Ecritures avec leurs sens et leur intellect mais pas avec l’Amour de Dieu. Pour être conscient de cet Amour de Dieu, il faut un travail personnel et intime. La religion ne permet pas cela, elle peut même le combattre car il libère.

 

<- Jean 5, 18-30 La nature trinitaire de Dieu expliquée par Jésus

Une réflexion au sujet de « Jean 5, 31-47 L’Amour de Dieu comme clé des Ecritures »

  1. […] J'aime chargement… Navigation de l’articleJean 5, 1-17 Quand Jésus a l’initiative du Miracle, contre les règles et la superstitionJean 5, 31-47 L’Amour de Dieu comme clé des Ecritures […]

Laisser un commentaire